Une fois mon dessus de masque terminé, il me restait encore un peu de collet (partie du cuir de bœuf. Oui, tout comme en boucherie le bœuf donne différents morceaux de viandes, il donne différents types de cuir, mais ceci est destiné à un autre article.)
Il me restait un morceau de cuir assez long que pour fabriquer une gaine pour ma rapière, une autre pour ma dague, dite « main gauche » et un sac de ceinture qui devait, à l’ origine contenir un objectif.

Je me suis retrouvé tout perdu en travaillant sur ces petites pièces.
Il y a peu à dire au sujet du sac, son travail étant classique: une pièce formant le dos et le rabat pour le fermer, une pièce pour faire la partie avant et une bande pour relier dos et partie avant.

En ce qui concerne les gaines de rapière et de dague, je me suis contenté d’ une faire le tour avec le cuir en le cousant à plat puis j’ ai mouillé le cuir pour le mettre en forme, la couture venant à l’ arrière.
La seule chose à laquelle il faut faire attention est l’ épaisseur du cuir qui entre en ligne de compte pour la largeur nécessaire, avant de le couper en triangle, les lames étant plus minces à la pointe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.