L’ été passé, je trouvais à Valencia, en Espagne, pour réaliser une série de photos. Vu la chaleur, et la présence un peu partout en ville de fontaines d’ eau potable, je me suis acheté une gourde Thermos afin de toujours avoir de l’ eau fraîche lors de mes pérégrinations.
Malheureusement elle était entourée d’ une gaine en Néoprène, matière peu à mon goût.

Donc, de retour chez moi, j’ ai passé commande, c’ est une exception, d’ un carré de cuir au magasin en ligne qui me fournit habituellement en outils.

Le travail avec ce cuir

Pour économiser le cuir, je me décide pour une couture bord à bord. Mais avant, j’ avais joué du marteau et du matoir pour graver mon logo de photographe sur le cuir. Est ensuite venue la teinture, avec une zone plus sombre sur ce dernier. L’ effet me plaisait.

Horreur, le cuir est devenu tout bizarre

Mais… une fois cette partie assemblée, je me suis rendu compte que j’ avais mésestimé la longueur de cuir nécessaire et la gourde avait du mal à y rentrer.
Qu’ à cela ne tienne, comme il me manquait vraiment peu, j’ ai décidé de mouiller mon cuir gravé, teinté et monté. La gourde a donc fini par y rentrer. Avec un gros problème de migration de la couleur qui est à base… d’ eau. Donc, j’ ai un résultat en patchwork, façon psychédélisme.
Encore une leçon que je ne risque pas d’ oublier.

Le final

Pour le capuchon, il me fallait un système de coulisse sur laquelle celui-ci se déplacerait, la partie « bouchon » de la gourde étant assez haute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.